• La nature

    source d’innovation

  • Utiliser la biomasse pour

    Capter les métaux

    Les métaux sont captés par la biomasse BIOINSPIR évitant le recours massif à la chaux pour la précipitation des métaux

  • Transformer la biomasse en

    écocatalyseurs

    La biomasse chargée BIOINSPIR est transformée en écocatalyseurs utilisés pour la synthèse de molécules d'intérêt

Des produits issus d'une chimie écologique

Une solution cohérente

Production de molécules d'intérêt

Production de molécules d'intérêt

La biomasse chargée BIOINSPIR est transformée en écocatalyseurs utilisés pour la synthèse de molécules d'intérêt 100% bio-sourcées. Une chimie écologique et performante !

Réduction des boues issues d’effluents industriels

Réduction des boues issues d’effluents industriels

Les métaux sont captés par la biomasse BIOINSPIR évitant le recours massif à la chaux pour la précipitation des métaux

Technologie

Procédé breveté

Création d’écocatalyseurs permettant une synthèse de produits bio-sourcés grâce aux propriétés de biosorption uniques de notre biomasse

L'Ecocatalyse

Qu'est-ce que c'est ?

Le filtre végétal se comporte comme un matériau biosorbant, capable d’adsorber une quantité très importante de polluants métalliques. Ce filtre végétal est utilisé pour capter les métaux à partir des systèmes aquatiques et des effluents industriels. Après dépollution, le filtre végétal gorgé de métaux n’est pas un nouveau déchet. Il est transformé directement en un produit innovant pour une chimie écologique.

Le Laboratoire ChimEco a développé à l’échelle internationale un procédé innovant de valorisation chimique des filtres contaminés dans un procédé très innovant, l’écocatalyse. La conception du procédé repose sur l’utilisation directe des espèces métalliques d’origine végétale en tant que catalyseurs de réactions chimiques organiques fines, appelés écocatalyseurs.

Les nombreux résultats obtenus depuis 10 ans, ont montré que les écocatalyseurs pouvaient présenter des performances très supérieures aux catalyseurs homogènes et hétérogènes classiques en termes d’activité et de sélectivité. Ils peuvent servir de catalyseurs hétérogènes dans des transformations synthétiques permettant l’accès à des molécules ayant une haute valeur ajoutée pour la chimie fine et industrielle (arômes et cosmétiques, médicaments et oligomères d’intérêt biologique, hétérocycles aromatiques hautement fonctionnalisés, intermédiaires clés de procédés chimiques industriels variés et biopesticides).

Un enjeu majeur

100 000

100 000

tonnes de boues polluées aux métaux sont issues d’effluents industriels par an en France

5 000

5 000

tonnes de métaux d’intérêt sont perdus par an en France

80%

80%

des réactions de la chimie sont réalisées avec des catalyseurs, notamment métalliques

2%

2%

seulement de la chimie est « verte » ou « biosourcée » malgré une demande en forte croissance

La genèse

Qui sommes-nous ?

Claude Grison

Claude a fondé et dirige le laboratoire ChimEco à Montpellier, et a découvert le procédé de biosorption et les éco-catalyseurs à l’origine du projet.

La genèse de BIOINSPIR s’appuie sur le développement d’une nouvelle filière verte axée sur la préservation de la ressource en eau et la chimie verte développée par le Pr Claude GRISON (médaille de l’innovation du CNRS en 2014 pour ses travaux) et son unité mixte de recherche CNRS-Université de Montpellier n°5021, intitulée « Chimie Bio-inspirée et Innovations Ecologiques » (ChimEco).

En 2019, le projet BIOINSPIR est sélectionné dans la première cohorte du programme RISE de CNRS Innovation.

La société BIOINSPIR a vu le jour en janvier 2020 grâce à l’association du Dr Claude GRISON et de Technofounders.

Technofounders

Le Startup Studio Deeptech dédié à la valorisation de travaux de Recherche innovants